Francis Ngannou, le prédateur, le SDF devenu star montante

1364

Ngannou2Francis Ngannou, surnommé The Predator à cause de sa force brute et grand admirateur de Mike Tyson, est un pratiquant de la catégorie poids lourds des arts martiaux mixtes (MMA) de l’Ultimate Fighting Championship (UFC) depuis 2015. Né le 5 septembre 1985 à Batié à l’Ouest-Cameroun, il a émigré en France en 2013 où il vivait dans des conditions difficiles, dormant parfois dans la rue ou jouant le rôle de garde de corps. Il y est devenu professionnel et a remporté 11 combats contre 1 défaite sous les couleurs de l’écurie MMA Factory.

Ngannou1Dans un reportage de L’Équipe à lui consacrée diffusée en avril 2017, Francis Ngannou raconte son enfance difficile à Batié dans une famille pauvre et divisée. Enfant, il souhaitait devenir avocat, mais n’a pas pu réaliser son rêve faute de moyens.

Parmi ses victoires les plus significatives en UFC, on notera celle obtenue devant le vétéran et ancien numéro un mondial le bielhorusse Andrei Arlovski par k.o. technique, celle obtenue devant le Brésilien ancien champion du monde des poids lourds Júnior dos Santos Almeida en juin 2017, et enfin, la dernière en date, celle obtenue en décembre 2017 à Détroit aux États-Unis au premier round devant Alistair Overeem. Il a d’ailleurs dédié cette dernière victoire aux Africains victimes de l’esclavage en Libye.

Le 20 janvier 2018, Francis Ngannou a tenté de s’emparer de la ceinture poids lourds de l’UFC devant l’Américain de 35 ans Stipe Miocic, ceinture qu’il détenait depuis le 14 mai 2016. Plus expérimenté et plus résistant, l’Américain a logiquement remporté ce combat entre les deux « animaux de l’octagone » aux termes des 5 rounds, malgré une grosse bosse à l’arcade de l’oeil gauche suite à un coup de poing reçu de son adversaire.

Le Prédateur, très humble dans sa déclaration d’après combat, a estimé qu’il était encore en phase d’apprentissage des rouages de l’UFC, et que cette défaite le rendra encore plus fort dans le futur. Il reste confiant en son avenir, et son entraîneur ne doute pas un seul instant qu’il sera un jour champion du monde UFC.

Une clé de bras qui a valu un bonus de 50 000 $ à Francis Ngannou dans l’un de ses combats.
Francis Ngannou en compagnie de ses encadreurs
« Je ne suis pas à vendre », en soutien aux Africains vendus comme esclaves en Libye.
The Predator

PublicitéHebergement Web Canada

LAISSER UN COMMENTAIRE